les îles du Cap Vert

Cabo Verde
Musique
Aildon : le nom du petit capverdien de treize ans qui a débarqué à la nage sur notre bateau au mouillage au milieu de la baie de Porto Tarafale , un quart d’heure après notre arrivée pour nous proposer ses services de gardien d’annexe. Nous apprenions un peu plus tard que des requins patrouillent régulièrement dans le port attirés par les déchets de poissons déversés par les chalutiers de cette île de San Nicolau, la plus belle de l’île.
Les couleurs du Cap vert, les maisons , les foulards des capverdiennes, bleu roi, vert anis, violet, rose fushia sur fond de végétation luxuriante ou de bleu de mer intense …et tous les tons de bruns des visages, et la réserve de ses habitants qui décrochent leur sourire avec économie comme l’eau et les produits alimentaires que nous apprenons nous aussi à utiliser avec parcimonie et avec astuce. Un monsieur dans une épicerie nous a donné la recette de la « Cuchada » : mais sec, haricots rouges, une viande, grosses bananes vertes au goût de patate, manioc, choux selon. Vous pensez tous prout !prout ! Même pas, c’était délicieux et exactement le même goût que le plat préparé par sa mèrel, nous confia Francili, notre jeune guide invité à diner.
La musique fait aussi partie des îles. Jusqu’à minuit place à la Saudade. Sur Ilha de sal notre première escale, la plus sauvage nous regrettions presque d’être arrivés un dimanche matin car le village de Palmeira était vraiment mort ; quand vers 6 heures du soir à la tombée de la nuit, le quai s’est animé et nous avons rejoint dès que possible les habitants pour écouter la musique, danser et boire du rhum parfumé avec tout le monde. Après minuit, je ne peux pas raconter, il faut demander à Florent qui vous racontera plus tard aussi ses émotions de la journée en kite .
A Mindelo, nous avons prolongé la soirée en nous attablant à un bar, moyenne d’âge 50 ans , en écoutant chanter des airs d’ici. Ils nous ont demandés de chanter quelque chose. Ce soir nous reviendrons après une petite répé entre nous pour chanter Brassens.
Nous manquons d’eau propre maintenant mais pas d’internet, le plus exotique café avec connexion « chez madame Patricia » à Ilha de Sal continuant à faire fantasmer Olivier qui aurait bien voulu faire la connaissance de cette dame étant sûr de trouver avec elle un terrain d’entente, multimédiatique et plus si affinité…
Encore quelques jours avant la traversée, nous posterons maintenant au Brésil dans une quinzaine de jours au mieux.

6 réflexions au sujet de « les îles du Cap Vert »

  1. Des requins attirés par des restes de bonite ou par un jeune kitesurfer?!….
    Vous allez faire sensation ce soir avec Brassens!
    Vive le blog pour ces news colorées!

  2. Pour le reste de la soirée, je ne sais pas si c’est très judicieux de demander à Florent surtout si cela c’est passé après minuit et encore plus s’il a bu du rhum !
    Hein Flo ?!
    Tu as retrouvé le bateau tout seul ou tu t’es fait aider par des monstres à 8 bras, 5 oeils, cul de jatte?

  3. …….. Vous nous faites rêver avec vos photos d’ailleurs et le récit de vos étapes, Anne, on attend avec impatience (encore 15 jours?) ton récit coloré et plein de vie de votre (longue) traversée. Bises d’Angoulême!

  4. Bravo pour ces photos de rêve. Anne, nous attendons tous tes prochains commentaires sur votre nouvelle destination… Bises à toi … Bon vent à tous…
    Attention de ne pas croiser le vent des globes …. (pfff)
    [non, bien sûr]

Répondre à Christine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *