De Tahiti vers la nouvelle zélande (1)

Ca y est, le jeudi 25 septembre à 8h moins 10, Enjoy a largué les amarres, emmenant Jacques & Jules avec lui, cap sur Tonga.
Yann et Sylvie étaient sur le quai depuis 6h du matin. L’ambiance était gaie. Jacques et moi étions heureux de partir, chapeaux sur la tête, et sourires au rendez-vous. Jacques, la barre dans une main, et le clairon dans l’autre, soufflant à pleins poumons. Enjoy est parti en tortillant du derrière sous les éclats de rire et les cornes de brume.
Matin clair et mer houleuse, vent faible. Nous franchissons la passe très agitée, et coupons le moteur devant Moorea qui flotte sur une nappe de brume, et l’océan immense, immense. Le voilier avance tout doucement. C’est le rythme auquel Jacques et moi avons choisi de vivre. Le rythme de la nature, le rythme de la mer et du vent. Le rythme de mes rêves, dont l’un est en train de se réaliser.

Nana Tahiti ! Nous te quittons pour une partie de chemin partagée ; mais ce n’est qu’un au-revoir.

SMALLIMG_20141006_075445

Quelques premières minutes s’écoulent et Jacques qui sort du carré pour m’annoncer simplement :
« erreur de calcul : en fait ce sont 1450 nM qui nous séparent de Tonga, et non 880. Oups ! Bon à peine quelques jours de plus. »

En début de soirée, on devine le contour de Maiao. C’est le dernier morceau de Terre émergé qu’on verra, avant un bout de temps. C’est parti !
Et c’est la routine du large qui s’installe. Si Jacques en a plus que l’expérience, c’est une première pour son équipier. Je m’y fais petit à petit, et découvre la vie à horizon strictement océanique.
Les jours passent, et s’accélèrent ; les heures deviennent une échelle négligeable. Le temps court, et seuls les oiseaux, de plus en plus rares, nous en font prendre conscience.
De compagnie précieuse, certains viennent inspecter ce drôle de pachyderme à ailes démesurées, passent devant le soleil se teintant de contours éblouissants, et donnant un peu de vie à ce bleu infini.
Mais ce n’est jamais très long. Et la majorité nous ignore, passant leur chemin, et « cherchant leur clé » comme dit Jacques.
Une envie de leur proposer un hébergement : « qu’est-ce que tu vas faire si loin de chez toi ! Viens chez moi si tu veux, j’habite chez un copain. » Mais jamais ils ne répondent. Ils préfèrent nous narguer en surfant sur des milliers de kilomètres.. EGHD100IMAGE

La pêche n’est pas notre fort.. Déjà 4 leurres perdus. Jacques vise gros : un hameçon pour espadon au bout d’un nylon minuscule, à seulement une dizaine de mètres du bateau. Malgré les avertissements de Yann pendant notre virée à Huahine, nous perdons encore du matériel, qui a choisi la lèvre d’un marlin énervé pour finir ses jours.

6°jour : la routine est installée. Lectures abondantes pendant la journée, et repas en guise d’horloge. J’ai du mal à me tenir éveillé pendant la moitié de la nuit, et souvent je somnole sévère, faillissant à mon devoir d’équipier de quart. C’est dur ! Et incroyablement monotone quand les nuages cachent les étoiles. Pas un feu, pas une voile vue pendant toute la traversée. Et le vent qui faiblit, donnant tous ses droits à la mer pour nous bercer,…très efficacement. Jacques me surprend souvent rêveur et rêvant.. saperlipopette !

Le vent s’estompe de plus en plus. Les voiles claquent, et le gréement fatigue. Nous allons nous réfugier à Niue, presque sur la route pour attendre un peu d’air.
Arrivée au petit matin, mais nous avons mal choisi notre jour : l’île s’adonne à une partie de pêche, à laquelle le douanier ne veut surtout pas échapper. Les formalités deviennent donc infaisables, et notre débarquement interdit. SMALL20141005_065645
Juste un accueil chaleureux SMALL20141005_072059mais bref de Sefiti, qui nous informe que l’attente de la douane à bord est obligatoire avant tout débarquement. Après une vingtaine d’heures passées au corps-mort pour attendre la douane, un beau perroquet pêché et une chouette rencontre avec Blue Note* (*bateau français que nous reverrons bientôt), nous choisissons de reprendre la route (je devrais dire le vent), sans avoir pu découvrir plus de Niue que l’accostage acrobatique sur l’unique quai de l’île. Les locaux s’avèrent bien plus efficaces que nous pour débarquer un gros bateau de pêche avec la petite grue frêle qui participe à tous les atterrissages et ravitaillements.
Quelques tricot rayés, 2 tortues, et une baleine nous souhaitent bonne route pour, de nouveau, Tonga !

Le vent est revenu. 8 noeuds de moyenne sur la traversée, qui nous feront arriver de nuit au groupe du Nord du royaume de Tonga, Vava’u. La lune nous aide à distinguer les grandes falaises de la côte nord. Nous mouillons à l’entrée de l’archipel, attendant le jour pour pénétrer le dédale et atteindre le port de Neiafu.
Le soleil pointe son nez et c’est un paysage complètement nouveau qui nous accueille. Des centaines de boules feuillues qui sortent de l’eau, entourées de falaises et de grottes. Il n’y a pas de lagon, mais on trouve quand même des couleurs magnifiques sur des bancs de sables perdus. On lève l’ancre pour se précipiter aussi vite qu’on les a quittées vers… le quai des formalités !

SMALL20141015_130252
Santé, douane, immigration, quarantaine,… on ne s’arrête plus. Des papiers à remplir, maintes discussions et dépenses pour tous les domaines. Le tout accouplé à Blue Note où Gérard et Monique se pressent pour participer à une petite régate, à laquelle ils nous convient.
Finalement, le douanier nous fait une faveur en abrégeant. Nous sautons sur le grand catamaran, et abandonnons Enjoy au quai et ses marées douteuses…
La cloche a sonné il y a 10 minutes ; mais bon vent, bonne ambiance, des équipiers motivés et un skipper quasi-professionnel nous font nous faufiler à toute allure jusqu’à la 2eme place , mais 1er des cartamarans!

SMALL20141008_114730
Première expérience de « régate » pour moi très réussie, avec un apprentissage technique très riche. Merci Gégé !
La journée se termine tranquillement avec tous les participants sur la plage avec chants et danses traditionnelles, à mi-chemin entre Polynésie et Asie du sud -est. Nous rencontrons beaucoup d’équipages qui se dirigent presque tous vers la Nouvelle-Zélande.

SMALL20141016_114555
SMALL20141013_143323SMALL-20141016_122334SMALL20141015_130252nde SMALL20141012_104239SMALL20141011_204213SMALL20141016_123302SMALL20141011_135502SMALL20141016_123926(1)

Les îles sous le vent

Mercredi 17 septembre
Depuis les Marquises Enjoy n’a pas beaucoup navigué. Avant son grand départ vers la Nouvelle-Zélande, Jaques décide de faire un aller-retour jusqu’à l’île de Huahine dans l’archipel de la Société, pour s’échauffer et tester son nouvel équipier :P1060170 Jules. Etant moi-même un ami de Jules, j’ai profité de l’occasion pour m’échapper de la grande île.
Départ au coucher de soleil avec un vent quasi inexistant.P1060160 Le vent souffle d’est et Tahiti nous protège des alizés. Il faudra attendre d’avoir dépassé Moorea pour trouver un vent favorable. Nuit sans lune, tapis d’étoile dans le ciel et le sillage du bateau brasse le plancton qui s’allume en une myriade de point fluorescent. Quand on a pas l’habitude, c’est assez magique !

Jeudi 18 septembre
P1060178Dans la matinée, Huahine est en vue et il faudra encore trois heures pour passer la passe et entrer dans la baie de Maro’e sur la côte est. Le décor est idyllique, on ne pourrait imaginer un lieu plus tranquille. Pour la nuit on mouille l’ancre à l’abri du motu Murimaora qui nous protège du vent, la nuit est très calme, c’est parfait.

Vendredi 19 septembre
P1060187On reprend la mer direction la côte ouest, la mer est belle et le vent toujours favorable, le soleil chauffe fort nous obligeant à faire preuve d’ingéniosité pour éviter l’insolation. Arrivé de l’autre côté, entrer dans le lagon par la passe de Fare et navigation tranquille jusqu’au motu Vaiorea ou nous sommes accueillis par Paul, un piroguier qui nous fait signer son livre d’or. Le coin est encore plus paisible que la veille. On tente un picnic sur la plage mais nous sommes vite chassés par une horde de moustique affamée.

Samedi 20 septembre
P1060188Aujourd’hui on reste dans le coin, on navigue pendant une heure pour mettre l’ancre dans le fond de la baie de Fiti, à 50 m du temple protestant, il n’y a la place que pour un bateau, nous serons donc tranquilles ! Ce midi c’est visite du village principal : Fare, le port, le snack et la poste, on fait le tour en 20 minutes. Les rues sont désertes, il fait chaud et les habitants sont au frais chez eux. Au retour on rencontre James, le pasteur du temple de Fiti, il vient des îles Cook et ne parle pas Français, mais il à appris le Tahitien. Il nous confirme le caractère tranquille de la vie à Huahine. Le soir les jeunes garde le bateau tandis que le capitaine part en ville tester le happy hour local accompagné de son ami Martin.

Dimanche 21 septembre
P1060205Ce matin il y a le choix entre surf et messe, Jaques part donc au village pour les célébrations tandis que Jules et moi ramons jusqu’à la passe pour une session sur des vagues minuscules. En après midi, nous reprenons la mer pour rejoindre Tahiti, nous quittons Huahine une fois encore sous les étoiles en écoutant la cumbia que Jacques nous a fait découvrir. Encore un moment magique. Le vent est bon et la traverser se fait sans problème. Nous arriverons le lendemain à Tahiti.
P1060209
P1060193
Merci encore Jacques pour m’avoir accueilli à ton bord !